Le Grand Genève: mythe ou réalité? - Page 5

  • Lorsque le déni entraîne un désastre sanitaire

    Cela fait trente ans que la Chine nous éblouit par sa croissance à 2 chiffres, avec un ralentissement ces dernières années qui culmine quand même à 6%, de quoi nous faire pâlir de jalousie ! Et le résultat est là : alors que l’on continue à le qualifier de pays « en développement », l’empire du milieu est en passe de devenir la première puissance économique mondiale, et est déjà le premier dépositaire de brevets dans le monde !

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • La leçon bilatérale du Coronavirus

    "La France considère les bancs d’école plus dangereux que bars, discothèques et autres manifestations festives, pour lesquels rien n’est prévu. " Pouvait-on entendre ironiquement à l'Etat de Genève suite à l'allocution d'Emmanuel Macron. Le soir-même le Conseil Fédéral prenait la même décision!

    Après l'Europe qui a regardé les mesures chinoises face au coronavirus d'un air condescendant, c'était au tour de la Suisse d'observer l'Europe sans réagir, comme si la pandémie allait s'essouffler aux frontières! Or c'est précisément dans ces situations de crise que les Etats doivent unir leurs forces, et plus particulièrement les Etats voisins. Malheureusement certains partis sont déjà en campagne pour l'initiative anti-libre circulation du 17 mai prochain, peu importe l'urgence sanitaire!

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • Vous travailleriez sans salaire, vous?

    Bernard est ébéniste. Il est mandaté par un architecte pour un projet de construction de grande étagère. Bernard travaille d'arrache-pied sur cette étagère et en construit un pan entier en une journée. Mais le soir même, l'architecte détruit le pan et lui demande de recommencer.

    Cette scène dure plusieurs jours; Bernard travaille inlassablement sur ce pan d'étagère qui lui semble sans fin, il s'épuise et se démène mais n'arrive jamais à voir le bout de sa production, ne touche plus de salaire, et à ceux qui s'intéressent à son art il ne peut montrer qu'un pan d'étagère inachevé. Bernard finit par jeter l'éponge et au bout de deux semaines, las de voir son travail défait tous les soirs et face à l'amenuisement de ses ressources, il décide de rompre son contrat.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 3 commentaires