Les oubliées des statistiques

Les discussions autour d’un café peuvent aller des statistiques du coronavirus au Brésil aux prochaines rencontres sportives, en passant par le temps capricieux qui se profile cet été. Mais certaines ont la particularité d’attirer mon attention, notamment cette question : savez-vous où sont comptabilisées toutes ces femmes qui, pour des raisons souvent familiales, ont arrêté de travailler depuis quelques années ?

Et la réponse est : nulle part ! J’ai bien entendu mené mon enquête et me suis basée sur les chiffres du très sérieux Office Fédéral de la Statistique basé à Neuchâtel. Si l’on considère la population totale résidente en Suisse, toutes nationalités confondues, elle s’élevait à 8.6 millions en 2019. Avec un pourcentage de 50.4% de femmes, cela nous donne un effectif total féminin de 4.3 millions. Le pourcentage de la population active, calculé par l’OFS à partir de 15 ans, devrait sur cette base donner un total de 2.8 millions pour les femmes contre 2.7 millions pour les hommes. Et c’est là que l’exercice devient intéressant : alors que l’on retrouve facilement les 2.7 millions d’hommes dans l’effectif donné par l’OFS, 475'000 femmes manquent à l’appel, soit un pourcentage de 17% de la population féminine en âge de travailler !

Etant donné que l’OFS considère comme activité toute occupation rémunérée exercée un minimum d’une heure par semaine, cela signifie que les 17% n’englobent même pas les temps partiels, très fréquents chez les femmes. Le taux de chômage suisse, élevé à 4.4% en 2019, n’englobe donc nullement les milliers de femmes qui cherchent à retrouver un emploi, encore moins celles qui tentent désespérément d’augmenter leur taux d’activité.

Bien heureusement, les 17% comprennent également celles qui sont encore à l’écart du marché du travail par choix, mais pour combien de temps ? Alors que les professionnels s’attendent à une pénurie de salariés et comptent embaucher 100'000 étrangers sur les dix prochaines années, petite suggestion : pensez d’abord à ces 17% !

 

Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.