Le Grand Genève: mythe ou réalité? - Page 6

  • Revenu de base inconditionnel: ce n'est pas fini!

    Dans le tome 1 de la trilogie "La chute des géants" de Ken Follett, la jeune Ethel Williams se retrouve enceinte et loin de sa famille dans une ville inconnue. Elle réussit à décrocher un travail dans un atelier de couture où elle est formée avec d'autres ouvriers pour coudre les uniformes des soldats britanniques. C'est précaire, d'autant plus que les femmes sont payées nettement moins que les hommes, mais Ethel arrive à se loger et à nourrir son bébé. En recherchant en 2018 un travail pour survivre et nourrir son enfant, Ethel Williams devrait avoir suivi un cursus en couture assorti d'au moins une expérience professionnelle préalable. En exigeant une formation en bonne et due forme pour des métiers qui peuvent être appris après une ou deux semaines de formation comme la vente ou la conciergerie, plusieurs employeurs ferment la porte à des femmes et des hommes qui, comme Ethel, ont besoin de travailler pour survivre. Pire: plusieurs cursus sont inaccessibles soit à cause de leurs coûts, soit à cause de préacquis exigés, à des personnes qui désirent changer d'orientation pour augmenter leurs chances d'obtenir un emploi. Pour Ethel et son enfant: Game Over!

    Lire la suite

  • Préférence indigène light: le zèle genevois

    Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'initiative de l'UDC "contre l'immigration de masse" aura donné du fil à retordre aux parlementaires fédéraux. Comment respecter la sacro-sainte souveraineté du peuple helvétique sans froisser l'Union Européenne avec qui nous avons signé des accords de libre circulation des personnes? Comment décider de contingents comme le demandait l'initiative sans alourdir la paperasserie des employeurs? C'est l'objectif non dissimulé de la préférence indigène "light" qui entrera officiellement en vigueur le premier juillet prochain, et qui n'a pour léger que le nom!

    Lire la suite

  • Maison intergénérationnelle: exemples d'ici et d'ailleurs

    "Elle en venait à regretter sa belle-mère, dont les récriminations la stimulaient, comme le vent qui maintient les grandes vagues en mouvement. Et puis, lorsque les récriminations s'apaisaient, elle pouvait causer avec elle, lui confier un ennui, lui demander un conseil"

    J'aurais pu choisir plus réjouissant comme exemple que cet extrait du fascinant roman de Jeremias Gotthelf "Kurt de Koppingen" pour évoquer les liens intergénérationnels étroits qui existaient historiquement en Suisse. Mais même une marâtre envahissante était un soutien précieux qui avait pour atout une certaine expérience de la vie.

    Lire la suite