23/09/2018

Zurich, c'est chic!

Zurich est une ville formidable, et il suffit de sortir de sa gare principale pour être frappé par le dynamisme qui la caractérise. Chaque rue grouille de touristes et d'expatriés de toutes les contrées, les commerces rivalisent de créativité, la richesse architecturale est saisissante, et il règne dans chaque quartier une atmosphère de fête malgré les panneaux "Verbot" qui rappellent à chaque pas qu'ici, on ne badine pas avec la discipline. 


Ceci me rappelle alors un concours organisé il y a peu par le magasine Bilan, qui visait à récolter des idées pour rendre Genève plus attractive, sur fond de parodie d'une certaine campagne présidentielle. Aux organisateurs de ce concours, j'ai envie de répondre que la meilleure idée pour Genève est l'exemple zurichois.

Mais qu'a donc la capitale économique de plus que la ville du bout du lac? Un bon réseau de transports publics? On l'a! Un aéroport international? On l'a! De beaux monuments? On les a aussi! Le lac, la rue chic, les parcs... tout cela, nous l'avons. Il n'empêche: en 2016, Zurich comptait plus de 5 millions de nuitées contre un peu moins de 3 pour Genève selon la fédération Suisse du tourisme. De plus, Genève affiche un taux de chômage 2% supérieur à sa camarade zurichoise et 3% de croissance en moins!

Qu'est-ce qui fait donc la particularité de cette grande ville, où la diversité commerciale contraste avec le nombre de bureaux vacants à Genève, et où la langue de Shakespeare est largement utilisée pour attirer le flux de salariés anglosaxons (des non-résidents, Oh my God!) qui ont suivi l'ouverture de Google et autres multinationales? La réponse réside très probablement dans notre facheuse manie de refuser toutes les nouveautés: traversée de la Rade (le centre-ville de Zurich compte plus de 15 ponts!), aménagement d'un P+R transfrontalier pour désengorger nos routes, rénovation du musée d'Arts et d'Histoire... Si le dynamisme amène le dynamisme, le statuquo, loin de préserver ou de protéger, risque au contraire de générer une certaine léthargie. Pour améliorer la compétitivité il faut oser le changement.

Alors, pour l'avenir de Genève, osons!

17:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Osez le changement, installez vous à Zurich, beaucoup plus dynamique que le Pays de Gex !

Écrit par : oser | 23/09/2018

Les commentaires sont fermés.