10/07/2018

Le Grand Genève de Maudet, à méditer pendant l'été

Après six ans de bons et loyaux services au sein du groupement local de coopération transfrontalière, M. François Longchamp cède cette place délicate à l'actuel président du Conseil d'Etat de Genève. Et Pierre Maudet donne l'impression de déployer plus de dynamisme et d'énergie pour relancer ce concept sulfureux qui est le Grand Genève.


Car de l'énergie, il va en falloir! Les enjeux et défis sont en effet nombreux: les transports tout d'abord, car qui ne peste pas au minimum deux fois par jour en restant agglutiné dans les embouteillages qui étouffent notre canton? Avec 100'000 frontaliers et plus de 10'000 fonctionnaires internationaux établis en France voisine, sans compter les milliers de voitures genevoises qui peuplent les parkings des supermarchés et autres centres commerciaux français, ce sont des passages aux frontières et une circulation au centre-ville qui deviennent insupportables. Et même si le covoiturage est de rigueur chez de nombreux automobilistes, une offre complète de transports publics, avec ce que cela comporte comme parkings-relais, est absolument nécessaire.

En plus des actions environnementales transfrontalières déjà bien engagées comme le fameux PACT'AIR et dont les enjeux sont évidents, la coopération en matière de santé doit également avancer: formation d'abord avec la création de pools accessibles aussi bien aux étudiants Suisses que Français, mais également un partage de l'offre sanitaire pour couvrir toutes les communes ainsi qu'une harmonisation des pratiques pour rendre les opérations de secourisme et de prise en charge médicale plus efficaces.

On en parle peu, mais le logement avec une véritable planification urbanistique et la préservation de terres agricoles aussi bien en Suisse qu'en France fait partie des sujets essentiels à traiter, car outsourcer nos déficits immobiliers vers le canton de Vaud ou la France voisine ne fera qu'empirer la qualité de l'air et les conditions de circulation de la ville du bout du lac.

Mais toutes ces belles paroles ne serviront à rien si une proportion de plus en plus importante de genevois résidents (précisons, compte tenu des 25'000 suisses frontaliers déclarés) fait une poussée d'urticaire à la seule évocation du Grand Genève. Car cette agglomération trans-zone souffre du manque de reconnaissance de la part de nombreux genevois qui ne comprennent pas son identité particulière: ni vaudoise, ni française, ni genevoise mais un peu des trois, avec ses forces et ses points faibles, sa richesse et ses zones d'ombre. Et ceci, le président fraîchement élu semble l'avoir compris.  Après la crise de 2008 et les nombreux dégâts qu'elle a occasionnés, les genevois se sentent menacés dans leur sphère professionnelle et peinent à mettre en application la libre circulation pourtant négociée pendant des années. Disons-le, les européens qui s'installent à la frontière pour profiter des opportunités de travail dans notre canton n'arrangent pas les choses! Alors en plus de s'attaquer aux transports, au logement, à l'environnement et à la coopération sanitaire, il faut commencer par informer, expliquer, rassurer et surtout protéger les employés d'éventuels abus de la libre circulation pour qu'ils acceptent, une fois face aux urnes, les projets de cette agglomération bien particulière qui profiteront à tous.

 

18:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonsoir,

Vous me faites bien rire avec votre grand-Genève car dans la bouche de nos voisins français quand on parle coopération il faut toujours que Genève plus et encore, il investissent pratiquement rien dans les transports publics et maintenant on demande encore et toujours a Genève de payer.
Bien gentil mais qu'ils commencent a utiliser la rétrocession pour les structurant et non pas pour d'autre choses.
Quand je vois le maire d'une commune proche de perly qui se permets de cracher tant et plus dans la soupe du soir au matin de critiquer tout sur Genève et la Suisse de se mêler de notre politique qui le regarde nullement et qu'on nous demande de collaborer avec ce Monsieur!!!
C'est ce foutre de la gueule du peuple!
Collaborer ok mais toujours payer plus non que chacun finance ces infrastructure.
Revenez avec un projet ou ce serait de nouveau Genève qui finance et vous verrez le résultat.

Au fait nous n'avons jamais voté sur cette structure créé de toute pièce
Encore une invention bureaucratique de nos chers voisins surement

Écrit par : bruno | 10/07/2018

Répondre à ce commentaire

Vous avez le droit de penser que nous devons payer pour vous c'est bien Français
Au lieu de toujours critiquer et pleurer vous feriez mieux de regarder chez vous.
La Suisse ( Genève nourrit déjà par les salaires et dépenses) une très grande région
et est sans arrêt critiquée.
A la France de verser des salaires attractifs et elle attirerait moins

Du reste comme je dis toujours ceux qui ne sont pas contents sont libre de rester chez eux!
La France est tellement mieux quand je lis vos commentaires.

Personnellement je considère que la libre-circulation et votre soit-disant Grand genève est mort et enterré et en suis bien content trop de dégats

Mare de se faire trainer dans la boue par certains de vos politiques locaux ou encore par Bruxelles.

J'attends avec impatiente le prochain réferundum on en reparlera n'oublier pas le sentiment en Suisse allemande qui représente la majorité tant du peuple que des cantons.


Je laisse ces chers bien pensants aller devant le peuple avec ses projets et on verra bien le résultat dans les urnes pour moi il ne fait aucun doute!


Si vous n'investissez pas enfin dans les projets structurants c'est vous qui serez bloqué aux frontières entre les fermetures et bouchons perso ...

Écrit par : bruno | 12/07/2018

Le Grand Genève est une invention suisse et même de la Berne fédérale, qui a bien perçu les problèmes d'aménagement de l'agglomération.
La France finance un certain nombre de choses en matière d'infrastructures, mais aussi de formations, qui ne coûtent rien à Genève, alors que dix ans de scolarité, cela coûte dans les 200 000 Francs par tête… Si Genève avait du financer la formation des 100 000 frontaliers qu'elle emploie (et qui génère des plus values, des impôts etc...) cela lui aurait coûté… 20 milliards… Une fois et demi le montant de sa dette…
Enfin pour les parkings, ils étaient destinés à aider l'économie genevoise et les Genevois à respirer mieux… Les construire en Suisse aurait coûté plus cher, et consommé des surfaces précieuses et chères. La France offrait les terrains et la majorité du financement.
En fait bruno, c'est à cause de gens comme vous que le monde va mal. Vous ne savez pas, vous ne comprenez pas, mais malgré ça, vous votez et faites voter… ça fait peur

Écrit par : Observateur | 11/07/2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire
Je n'ai aucune haine contre personne ni ne veut discrimer personne
Mais quand je vois comment tant l'europe que certains politiques locaux français croient qu'ils peuvent tant et tant cracher dans la soupe
Ils oublient un peu que sans Genève ce serait une région comme la creuze ou l'Aveyron par exemple
Je le répète collaborer entièrement d'accord mais arrêter de penser que Genève peut tout financer et que en plus c'est normal
Qu'ils fassent des choix sous peine d'en subir les conséquences.

Écrit par : bruno | 12/07/2018

On parle des frontaliers comme si c'était des réfugiés qui dormaient dans des tentes. Je m'excuse mais le fait d'habiter dans une maison individuelle et de pouvoir bénéficier d'un pouvoir d'achat suisse tout en vivant en France on doit pas être trop à plaindre...

Enfin, dire que le monde va mal à cause de gens comme Bruno c'est un peu dur, car c'est peut être à cause de gens comme l'Observateur que les choses vont mal car il vit dans un monde utopique.

Écrit par : Davide | 11/07/2018

Répondre à ce commentaire

Geneve doit s`ouvrir mais de maniere controlée, sinon le remede sera pire que le mal. Ca ne sera pas facile du tout et Maudet risque d`y laisser tout son crédit de politicien s`il échoue. Je souhaite beaucoup de réussite au nouveau gouvernement genevois.

Écrit par : Jean Jarogh | 13/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.