27/04/2018

Maison intergénérationnelle: exemples d'ici et d'ailleurs

"Elle en venait à regretter sa belle-mère, dont les récriminations la stimulaient, comme le vent qui maintient les grandes vagues en mouvement. Et puis, lorsque les récriminations s'apaisaient, elle pouvait causer avec elle, lui confier un ennui, lui demander un conseil"

J'aurais pu choisir plus réjouissant comme exemple que cet extrait du fascinant roman de Jeremias Gotthelf "Kurt de Koppingen" pour évoquer les liens intergénérationnels étroits qui existaient historiquement en Suisse. Mais même une marâtre envahissante était un soutien précieux qui avait pour atout une certaine expérience de la vie.


Appartements exigus, éloignement dû aux migrations et un certain désir d'autonomie ont peu à peu eu raison de ce fil conducteur familial qui existait naturellement de par la cohabitation qui caractérisait les foyers helvétiques. Au fil des siècles, la transmission de la précieuse expérience de vie des aînés a  eu tendance à s'effriter pour disparaître totalement ces dernières décennies. Le résultat: un manque de compréhension et de complicité entre les générations, des parents désemparés face à des enfants qu'ils élèvent tout en exerçant une activité professionnelle et une société disloquée en perte de repères. Mais cela fait quelques années que, prenant exemple sur des communautés traditionnelles plus stables au niveau familial malgré des difficultés économiques, plusieurs acteurs du social tentent de rétablir ces liens primordiaux que nous avions enterrés.

Que ce soit au sein de la même famille ou entre aînés et jeunes inconnus, le concept de lieux d'habitation intergénérationnels fleurissent un peu partout en Europe mais aussi à Genève, comme le nouveau Prieuré à Chêne-Bougeries, l'EMS Stella à Sécheron ou la coopérative d'habitation Génération Logement. Mais les cloisons séparent quand même les générations dans ces lieux, certes plus diversifiés et animés que les EMS classiques mais ne permettant pas encore suffisamment d'échanges. Pour encourager cette proximité intergénérationnelle, les réflexions se tournent vers des exemples déjà mis en place en Suisse et chez nos voisins européens. Ainsi, "la maison en ville" est une plateforme française qui fait cohabiter de jeunes étudiants à la recherche de logements et des aînés désireux de rester chez eux et offrant quelques mètres carrés en échange de compagnie. Dans le Haut-Valais, la maison Berglandhof comprend des appartements pour retraités ou familles, des logements de vacances, et des espaces communs pour encourager les liens.  Plus proche de nous, la résidence Saint-Ange à Gex loue des studios à des séniors en difficulté financière et organise des activités communes avec les enfants accueillis dans la crèche située dans le même bâtiment. Quant au programme Lyvateam dans le canton de Vaud, il met en relation des parents à la recherche de loisirs pour leurs enfants avec des retraités ravis de transmettre leurs connaissances et astuces à de jeunes enfants.

A Genève des lieux existants comme les parcs ou les ludothèques peuvent servir de plateforme de rencontre entre les générations, pour prodiguer des conseils aux jeunes parents, rapprocher les aînés des jeunes enfants et favoriser les entraides... sans forcément passer par une pénible cohabitation entre brus et marâtres!

20:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.