20/04/2018

Contente de te retrouver, Grand Genève!

Les résultats des élections au Grand Conseil de dimanche dernier ont été sans appel: les genevois ont balayé en masse les partis aux divers menus anti-frontaliers et ont opté pour des programmes concrets et une vision politique positive. En se délestant du populisme, notre canton a en même temps prouvé son attachement aux valeurs d'ouverture et de coopération avec l'Europe et le Grand Genève. Les frontaliers genevois ont quant à eux poussé un soupir de soulagement en apprenant que les menaces de péage transfrontalier et de fin de la contribution de solidarité n'allaient pas être appliquées.


Et ce revirement est une bonne nouvelle, car vu la lenteur avec laquelle les projets immobiliers avancent à Genève, de plus en plus de genevois optent pour un logement en France voisine. Nos nouveaux députés au Grand Conseil doivent alors resserrer les liens avec les élus français pour mener à bien les projets de transports transfrontaliers et de parkings relais qui aideront sensiblement à désengorger le centre ville et de nombreuses communes genevoises. Mais ce n'est pas tout: le Grand Genève, c'est aussi  la coopération sanitaire et un rééquilibrage du rapport entre le logement et les emplois de part et d'autre de la frontière. Comme l'a si bien dit le député PDC Bertrand Buchs, il faut envisager la création d'emplois en France voisine pour canaliser les déplacements des pendulaires et réduire les temps de trajet entre le logement et le travail.

Travailler en France voisine est une idée que nous avons souvent soulevée au sein de l'association Genevois sans Frontière. Elle suscite beaucoup de scepticisme du fait des différences de système et de salaire entre les deux pays. Le commun du mortel frontalier a aussi la conviction que seule Genève recèle de trésors professionnels, mais ce n'est pas le cas! Certaines régions du genevois français possèdent des atouts uniques du fait de leur proximité d'organisations comme le CERN et offrent de ce fait des opportunités professionnelles que l'on soupçonne peu. Des pôles de recherche technologique se sont développés dans des régions comme Saint-Genis Pouilly et de nombreux frontaliers, qu'ils soient français ou suisses, tentent leur chance dans ces nouvelles pépinières d'emploi. Certaines multinationales comme STMicroelectronics possèdent des locaux dans les deux régions, et même le Centre de l'Œil de Carouge possède des antennes dans l'Ain et la Haute Savoie! Il existe par ailleurs de nombreuses agences aussi bien à Genève que dans le genevois français qui sont équipées pour aider les entreprises à s'installer et à se développer des deux côtés de la frontière, non pas pour profiter d'une main d'œuvre moins chère comme on pourrait le craindre mais bien pour créer des synergies entre les deux régions et bénéficier des avantages compétitifs existants.

Les projets ne manquent pas pour cette belle agglomération du Grand Genève, espérons que le nouveau gouvernement lui consacrera la place qu'elle mérite.

19:45 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le Grand Genève est une vue de l'esprit de politicards en mal de reconnaissance ! Cette appellation fantaisiste est stupide car le Grand Genève n'existera jamais ! Si cette appellation veut être reconnue le peuple doit se prononcer par votation. Les partis ne désirent pas cette solution car ils savent tous que le peuple refusera cette idiotie ! Les départements frontaliers font déjà partie du Grand Lyon, cela suffit. De plus, avec les grèves continuelles dans tous les domaines, cela nous prouve que nous ne pouvons pas compter sur la France pour bosser !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 21/04/2018

Madame,

Votre grand genève est une vue de votre esprit et certains politiques qui prônent de tout ouvrir sans restriction et faire payer la note au citoyen lambda

Le recul du MCG est uniquement du au micro parti éphémère créé par un ancien dirigeant frustré de ne plus avoir pu le téléguider.

Revenez avec des projets qui prévoient que l'on paye pour des équipements qui ne nous concernent pas etc etc et vous verrez les résultats dans les urnes

Nous ne sommes pas et ne seront jamais vendu à l'Europe ou a la France , mare d'être traité avec mépris tant par Bruxelles que par un certain maire donneur de leçon d'une cité frontalière bien connue.

Au fait votre grand-genève on a voté quand ???

C'est un bidule inventé par nos chers voisins pour essayer de nous faire passer à la caisse pour leurs infrastructures....

venez donc en votation avec vos projets et vous verrez le résultat.
Ne criez pas trop vite victoire

Les référundum sont là pour vous rappeler que le souverain peut balayer tout en un petit dimanche ...

Genève donne déjà suffisament pour compenser ces charges

On va bien rigoler le jour ou les petites douanes seront fermées car l'accord boiteux trouvé ne jouera jamais .

Votre grand Genève on en veut pas car il se résume a ouvrir sans autre tout notre marché du travail et financer tout de l'autre coté .

Et plusieurs personnalité de l'autre coté pensent qu'a nous critiquer et a rajouter de l'huile sur le feu et a se mêler de politique sans que cela ne les regarde nullement que je sache aucun politique genevois ou Suisse ne se permets d'aller emmettre des consignes ou conseil de vote ou de juger de la politique menée


Chacun chez soi et s'occupe surtout de ses affaires et les poulets seront bien gardé


Meilleures salutations

Écrit par : bruno | 21/04/2018

Les commentaires sont fermés.